Frugaliste, ne mets pas tout ton argent dans la même poche !

Compartimentez vos avoirs

En matière de finance, le proverbe « Ne mets pas tous tes œufs dans le même panier » est bien connu.

Oeufs de différentes couleurs sortant du panier
Out of the box !

 Combien de fois avez-vous également lu ou entendu l’injonction  n’investissez en bourse que l’argent dont vous n’aurez pas besoin au cours des n prochaines années (n variant généralement de 5 à 10 en fonction de la confiance du journaliste dans les marchés boursiers) ?

Pour le frugaliste, je propose une variante à ces dictons : ne mettez pas tout votre argent dans la même poche. Ce principe consiste à répartir vos actifs dans plusieurs compartiments composés d’actifs de différentes natures. L’objectif étant de couvrir vos besoins prévisibles en trésorerie sans « taper » dans des placements qui seraient momentanément dépréciés. Cette méthode sera d’autant plus pertinente si vous n’envisagez pas de consommer votre capital pour dégager votre rente frugale. Cette approche est également adaptée à la conjoncture actuelle où la recherche de rendement nécessite une prise de risque. Elle a été mise au point dans les années 1980 par Harold Evensky et est décrite sur le site de Morningstar sous le nom de « Bucket portfolio ».

Cette méthode est d’autant plus intéressante si vous approchez de votre retraite précoce (ou si vous y êtes déjà).

Le frugaliste pourra l’appliquer en particulier à l’approche de sa retraite précoce ou, s’il a déjà la chance d’y être, pour gérer au mieux sa rente frugale. Mais elle sera utile dans toute autre situation. Par exemple si votre voiture vous lâche et que vous devez la remplacer, pour éviter de fermer votre PEA ou vendre votre studette au plus mauvais moment. Cette méthode est également intéressante pour prendre en compte, par exemple, un projet immobilier dans 3 ans.

Première étape : déterminer ses dépenses et la part à couvrir par ses placements

Si votre retraite anticipée se profile à l’horizon, prenez le temps d’estimer au plus près vos futures – maigres – dépenses de frugaliste. Au passage, voyez-comment réduire vos dépenses. Une première approche peut consister à considérer qu’elles représenteront 80 % de vos dépenses antérieures (lorsque vous aviez votre travail « classique »). Attention toutefois à prendre en compte vos changements de style de vie, votre situation familiale (études des enfants à financer), l’inflation (si vous êtes âgé, vous vous rappelez peut être de ce phénomène) et les implications en matière de fiscalité applicable.

Deuxième étape : test de faisabilité

Vous avez estimé au plus juste vos dépenses annuelles prévisibles en tant qu’adepte du frugalisme. Divisez ce montant par le total de l’actif net financier sur lequel vous comptez pour dégager une rente. Vous obtiendrez alors un rendement moyen cible pour vos actifs qui permettra de juger la faisabilité de votre projet et d’apprécier le niveau de risque qui sera nécessaire pour atteindre vos objectifs.

Militaires américains examinant un document
Examinons les chances de survie …

Exemple : vous estimez vos dépenses annuelles à  24 000 € et disposez d’un capital de 600 000 € ? Sans tenir compte de la fiscalité, vos placements devront offrir un rendement de 24 000 / 600 000 = 4%. Ce taux est atteignable à condition d’investir dans des placements comportant des risques, ce qui légitime d’autant cette méthode de gestion  « par poche ».

Troisième étape : déterminer les allocations par poche

Dès lors que vous avez vérifié que votre projet est viable, il convient de déterminer combien mettre dans chacune des poches. Et dans combien de poches ?

Initialement, le créateur de cette méthode avait développé une approche simple en 2 poches seulement : réserve de trésorerie (pour couvrir les besoins à 5 ans) et investissements de long terme à plus hauts risques. Dans une période ou les placements à court terme sans risque ne rapportent rien, une poche intermédiaire a été créée.

Poche 1 : liquidités pour les besoins de 6 mois à 2 ans

Ce compartiment devra couvrir d’une part vos besoins prévisibles en trésorerie pour une durée de 6 mois à 2 ans et d’autre part, vous permettre de faire face aux imprévus (réparation ou changement de voiture par exemple ; au fait êtes vous sûr d’en avoir vraiment besoin en tant que frugaliste ?). Sortir de la surconsommation vous permettra de comprimer ces besoins en liquidité.

Vous pouvez par exemple opter pour la couverture d’un an de besoins réguliers. Le placement du curseur entre 6 mois et 2 ans dépendra de votre aversion au risque. Il déterminera également le rendement espéré de votre portefeuille d’actifs (immobiliser trop de cash réduit le rendement espéré). Pour reprendre l’exemple précédent, 24 000 € à ce titre.

La dotation du fonds d’urgence pourra également être de 24 000 € (à ajuster en fonction de votre perception des risques ou de votre modèle de voiture préféré …).

Montant

Dans cet exemple, cette poche sera donc dotée à hauteur de 48 k€, représentant 8 % de votre capital initial.

Contenu

Cette poche contiendra des liquidités aisément mobilisables.

Cadre et supports d’investissement

Comptes courants, livrets, fonds en euros d’assurances-vie sans frais d’entrée  (ancienneté du contrat supérieure à  8 ans), PEL de plus de 4 ans.

Poche de jean avec des billets de 20 euros
Que des petites coupures dans cette poche. C’est ça la frugalité !

Poche 2 : de 2 ans à 9 ans

Cette poche a vocation à prendre le relais de la poche 1 pour couvrir vos besoins jusqu’à la fin de la 9ème année (soit une durée de 8 ans à 9 ans et demi, en fonction de votre définition de la poche 1).

Contenu

Morningstar préconise la répartition suivante :

  • 25 % d’obligations court terme ;
  • 25 % d’obligations indexées sur inflation ;
  • 37,5 % d’obligations moyen terme.

Dans un souci de simplification, ces 3 composantes pourraient à mon sens être assurées par un fonds en euros d’assurance-vie.

  • 12,5 % « allocation rendement conservative», composée d’actions réputées sûres,  avec des dividendes élevés et une volatilité modérée ; on pourrait par exemple citer Nestlé, General Mills, Pepsi, Sanofi, Red Electrica, Procter and Gamble ou opter pour un ETF d’actions de rendement et de volatilité faible comme Invesco EURO STOXX High Dividend Low Volatility UCITS ETF Dist (code ISIN IE00BZ4BMM98). Ce “zeste” d’actions devra toutefois être cohérent avec votre situation et votre aversion au risque.

Montant

Dans notre exemple, cette poche devra couvrir 9 ans de besoins réguliers, soit 9 x 24 k€ = 216 k€. Elle représente donc 36 % du capital initial de 600 k€.

Poche 3 : 10 ans et au-delà

Pour ce segment de votre portefeuille, vous avez un horizon de placement supérieur à 10 ans qui permet d’envisager des actifs plus risqués comme les actions, les foncières cotées, les obligations émergentes, les obligations haut rendement et les actions de sociétés minières (métaux précieux).

Voir également l’article Quels placements pour le frugaliste ?

Montant

Cette poche sera dimensionnée en retranchant les montants des deux premières au capital initial. Toujours dans notre exemple, son montant sera donc de 600 k€ – 48 k€ – 216 k€ = 336 k€. Elle représentera alors 56 % du capital de départ.

Adapter cette approche à votre situation 

Durant la phase d’accumulation, un enseignant titulaire connaissant la trajectoire de ses revenus n’aura pas nécessairement la même approche qu’un indépendant aux revenus plus incertains. Même si, dans les deux cas, il faudra réduire le niveau de risque de ses placements à l’approche de la « retraite ».

Pendant la période de rente également, il n’y aura pas de recette unique. Il faudra par exemple tenir compte de l’éventuelle pension liée à votre activité professionnelle passée. Un frugaliste qui a la chance d’avoir une pension qui prendra rapidement le relais pour couvrir ses dépenses pourra sélectionner des placements plus risqués qu’une personne dont la subsistance dépendra principalement de ses placements.

Conclusion : cette petite règle de gestion pourra vous éviter des problèmes

Dans la méthode présentée ci-dessus, les hypothèses sont certes très simplificatrices (pas de prise en compte de l’inflation, de la fiscalité, ni même des flux actualisés des poches 2 et 3). En tenant compte de la fiscalité (30 %), le rendement global du portefeuille présenté  en exemple devra atteindre 5,7 % et les poches 2 et 3 atteindre un rendement de 6,2 %.

Braquage à main armée et fouille des poches
Evitez le braquage de vos poches !

Cette approche contribue à sécuriser financièrement (et psychologiquement) votre projet d’indépendance financière de frugaliste. Certes, cette grille vient s’ajouter à d’autres règles de gestion, en particulier en matière de diversification. Elle constitue à ce titre une petite contrainte, d’autant que son respect nécessitera des ajustements réguliers (un rythme annuel semble approprié afin de ne pas engendrer trop de frais de mouvements). Mais cette approche par poche est également un garde-fou qui devrait vous éviter d’avoir à “braquer” vos poches au plus mauvais moment ! De plus, elle peut s’articuler facilement avec la plupart des stratégies d’investissement.

Alors, êtes vous prêts à vous lancer ?

Mon horizon de placement

L’horizon de mon placement, par La finance pour tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *