Le frugaliste est-il un passager clandestin ?

Le frugalisme consiste à se retirer le plus tôt possible du travail classique, tout en générant des revenus « passifs ». Le frugaliste est-il un profiteur, dont le comportement abusif serait nuisible à la société ?

Free rider : vtt saute de la montagne
Free rider : encore un frugaliste !

A l’époque de la marine à voile, les passagers clandestins étaient couramment jetés par-dessus bord, afin de ne pas avoir à les nourrir. Dans le champ plus policé feutré de la théorie économique, le passager clandestin est un  individu qui, au sein d’un groupe, se trouve bénéficier d’un service, d’un bien, d’un gain quelconque sans en assumer le coût. Autrement dit, c’est un profiteur. Ce comportement abusif constitue d’ailleurs un problème pour la théorie économique. En effet, celle-ci énonce qu’en poursuivant son intérêt personnel, l’individu travaille pour l’intérêt de la société (cf le boulanger d’Adam Smith  dans La Richesse des Nations).

Le frugaliste est assimilé à un free rider (cavalier seul). Il adopte effectivement une démarche individuelle et singulière. Pour autant, le frugaliste est-il irrationnel ? Le frugalisme constitue-t-il un danger pour la société ?

Les péchés capitaux du frugalisme

Tout d’abord, recensons les principaux griefs contre les frugalistes. Voyons s’ils sont justifiés. Dans l’affirmative, des voies de rédemption sont-elles possible ? Ou le mécréant frugaliste est-il condamné à l’enfer sans même pouvoir passer par la case du purgatoire ?

 Le frugaliste est égoïste

L’approche du frugaliste est fréquemment qualifiée d’ultra individualiste. Pour le sociologue Baptiste Mylondo, promoteur du revenu de base, la démarche des frugalistes est individuelle. Ils considère que les frugalistes n’ont pas de motivation écologique ou politique comme les décroissants. Il est vrai que le frugaliste a rompu un certains nombre d’amarres avec la société. Et il s’est construit un microcosme pour assurer son mode de vie.

Frugaliste : egoïste

Mais s’il a franchi le pas pour devenir frugaliste, c’est vraisemblablement parce qu’il vivait mal certaines normes imposées par la société. Il semble que l’élément déclencheur soit souvent lié à un travail désenchanteur. Dès lors, le frugaliste met en place une solution individuelle, faute d’approche collective satisfaisante à ses yeux.

Et puis, est-ce vraiment égoïste d’abandonner un boulot, souvent bien payé, et de laisser la place à d’autres. Ayant d’autres aspirations, ces derniers y trouverons peut être chaussure à leur pied ?

L’avarice du frugaliste conduit à la décroissance

Livre de Dominique Méda : la mystique de la croissance
Le ballon de baudruche se dégonfle …

Parce qu’il chasse la moindre dépense, le frugaliste n’est pas un consommateur modèle. Or, la consommation constitue généralement le principal moteur de la croissance dans les pays développés. Le frugalisme tuerait donc la croissance. On peut toutefois modérer ce propos en arguant (sans preuve, en l’absence de statistiques) que le mouvement du frugalisme semble à ce stade trop modeste pour avoir une incidence macro-économique. D’autre part, le mythe de la croissance perd quelque peu son souffle, au regard des menaces qu’elle fait peser sur notre environnement.

Enfin, en observant de plus près le mode de vie frugaliste, on observe qu’il induit des modes de consommations différents : moins centrés sur les biens matériels mais plus orientés vers les expériences. Cette tendance dépasse d’ailleurs largement le cercle restreint des frugalistes. Et de nombreux industriels cherchent d’ailleurs à la capter pour en profiter.

Le frugaliste profite du système

En premier lieu, le frugaliste a bénéficié (souvent longtemps) du système d’éducation. Or, en sortant prématurément de la société de production, il ne paierait pas son dû à la collectivité. Tout dépend néanmoins des durées des phases d’éducation et de production. Le coût de la formation initiale peut être amorti en tout ou partie. Quoi qu’il en soit, la retraite précoce s’avère souvent active. De plus, ces activités peuvent comporter des effets bénéfiques pour la société.

En second lieu, un paradoxe du frugalisme est fréquemment relevé. Le frugaliste se targue d’un mode de vie frugal. Certes, mais il n’est possible que si la société de consommation continue d’exister. En effet, le frugaliste finance généralement son mode de vie par des placements qui reposent sur le système capitaliste. Pour cette raison, le frugaliste est parfois accusé de financer le chaos social et environnemental.

Il s’agit effectivement d’un véritable écueil dans le modèle du frugalisme. Car il est difficile aujourd’hui d’épargner en ayant recours à des supports socialement et environnementalement responsables, malgré les labels qui se multiplient en la matière. Une étude réalisée par l’ONG Reclaim Finance révèle que l’écrasante majorité des produits financiers auxquels ils ont accès soutient des entreprises aux pratiques environnementales et sociales dangereuses.

Le capital est du travail mort, qui, semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant, et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage

Karl Marx “Le Capital” (1867)

Dès lors, comment contourner  cet écueil ?

Une première méthode est la prévention : éviter les produits les plus nocifs, allouer une partie de son patrimoine à des placements labellisés « épargne solidaire ». Le frugaliste peut également être orienter une fraction de ses placements vers des actifs alternatifs comme  du crowlending (prêts participatifs) dans la transition énergétique.

Deuxième méthode : la compensation. Certaines personnes voyageant en avion, pris de remords, cherchent à compenser leurs émissions en carbone. De la même façon, l’adepte du frugalisme peut compenser les effets nocifs de ses investissements par des actions vertueuses (engagement associatif par exemple).

Le frugalisme conduirait au naufrage du système de retraite

Navire costa concordia coule
Le système de retraite prend du gîte. La faute aux frugalistes ?

En prônant un départ à la retraite à 40 ans, voire à 30 pour les plus entreprenants (optimistes ?), le frugalisme aggraverait le déséquilibre du système de retraite fondé sur la répartition. En effet, ces retraités précoces cessent de cotiser ou cotisent nettement moins lorsqu’ils exercent des petits boulots assimilables à des hobbies rémunérés.

Première réaction à cette assertion : le système de retraite a- t-il réellement besoin du frugalisme – phénomène à ce jour marginal – pour couler ?

Ensuite, le frugaliste parti précocement ne touchera, une fois l’âge légal venu, qu’une pension proportionnelle à ses cotisations. Cette dernière sera d’ailleurs probablement amputée par une décote radicale.

Paresse

Selon Jean-Michel Bonvin, professeur de sociologie à l’Université de Genève, le frugalisme ne se réduit pas à de la paresse. « Ce n’est pas un refus total du travail. C’est plutôt une manière de demander une forme de réenchantement, de redonner du sens au travail. »

Pieds dans hamac
Frugaliste activiste

Les expérimentations du revenu de base ont d’ailleurs montré que tous les bénéficiaires ne se ruaient pas à Malibu pour y faire du surf. De même, il est peu probable que tous les frugalistes soient foncièrement paresseux. La plupart de ceux qui relatent leur situation exercent d’ailleurs une ou plusieurs activités (non nécessairement rémunérées). De plus, la liberté financière nécessite un travail de longue haleine.

Mais les péchés capitaux n’étaient-il pas au nombre de 7 ? Or, ce chapitre en dénombre 5 seulement. C’est une preuve supplémentaire de la paresse du frugaliste !

Le frugalisme ne risque donc pas de déstabiliser la société. A condition qu’il reste marginal …

Ces griefs sont donc discutables et il parait peu vraisemblable que le frugalisme constitue actuellement un réel danger pour la société. Cependant,  il est difficile de tirer des conclusions en raison du peu d’études statistiques sur ce phénomène. Heureusement, certains sociologues ou anthropologues, comme Fanny Parise approfondissent le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *