Frugaliste, comment soigner votre profil d’investisseur ?

Raisonner en investisseur plutôt qu’en simple épargnant

Pour devenir frugaliste, vous sentez qu’il faudra aller au-delà de l’épargnant « lambda » qui sommeille en vous. Livret A et autre PEL, même s’ils sont utiles et nécessaires, risquent de ne pas être suffisants, a fortiori dans un contexte de taux très bas.

Dès lors, il vous faut élaborer une stratégie de long terme  pour « capitaliser » puis délivrer des revenus suffisants.

En tant qu’investisseur, outre cette vision de long terme, vous devrez soulever le capot de vos placements et examiner l’actif « sous-jacent ». En détenir des actions s’assimile à être propriétaire d’une partie de l’entreprise. Il est alors nécessaire de s’intéresser à son modèle économique, à ses résultats.

Si vous optez pour l’immobilier, vous aurez avantage à mobiliser l’effet levier du crédit. Dans le cas d’un investissement en direct, vous serez particulièrement attentif à l’emplacement. Si vous optez pour de l’immobilier indirect (pierre papier comme les SCPI), vous vous attacherez à connaitre la nature des biens, à la diversification du portefeuille.

L’apprentissage de l’investisseur peut être un chemin long et semé d’embûches mais  néanmoins passionnant et multidisciplinaire. Cet apprentissage comporte deux facettes, l’une intrinsèque, l’autre extrinsèque. Les compétences extrinsèques concernent des aspects techniques liés aux finances personnelles (comme l’allocation d’actifs, l’optimisation des frais, de la fiscalité). À ce savoir-faire technique doivent s’ajouter des compétences intrinsèques. Celles-ci concernent des aspects du placement qui sont liés au comportement, comme la compréhension de la psychologie et du tempérament des investisseurs, ainsi que la connaissance de ses propres valeurs et objectifs personnels.

Commençons donc par appliquer la devise « connais-toi toi-même ».

Frugaliste, connais-toi en tant qu’investisseur

Quelques caractéristiques clés  différencient un investisseur d’un autre et aident à mieux vous définir en tant qu’investisseur.

Vos objectifs d’investissement

Comme dans tout projet, deux éléments sont essentiels : l’objectif et le plan pour l’atteindre. Ainsi vos objectifs d’investissement détermineront vos objectifs de rendement et contribuerons également à placer votre curseur de  tolérance au risque.

Comme adepte du frugalisme, un de vos objectifs sera vraisemblablement  de  générer des revenus afin de subvenir à vos dépenses.

Votre horizon de temps

La fixation de votre horizon de temps pour vos investissements sera liée à vos caractéristiques personnelles (âge, patience) mais aussi à vos besoins de trésorerie. L’horizon de temps sera bien sûr déterminant pour votre allocation d’actifs. On peut considérer  que le long terme est de plus de 15 ans et le court terme, de moins de 3 ans.

Temps consacré à la gestion de vos actifs

Votre temps disponible pour la gestion de vos placements va conditionner votre façon d’investir. En effet, certains styles d’investissement nécessitent un suivi minimum de l’actualité économique et financière. Dans tous les cas, vous devrez suivre régulièrement le rendement de vos placements.

Demandez-vous : « Ai-je le temps ? » ou « prendrai-je le temps de me consacrer à mes finances ? ». Dans tous les cas, gardez un peu de temps pour vous ! Etes- vous une personne curieuse de nature ? Aimez-vous lire et faire des recherches ? Avez-vous un intérêt particulier pour l’économie, la vie des entreprises, l’univers des placements ?

Votre bilan actifs / passifs

Les deux postes de votre bilan doivent être pris en considération : l’accent n’est pas seulement mis sur ce que l’investisseur possède mais également sur les dettes qu’il pourrait avoir dans le futur. Or, le passif n’est pas toujours bien défini. Il est pourtant nécessaire de l’estimer dans l’objectif de générer un revenu futur (car se verser un revenu mensuel est assimilable à une dette).

Votre situation juridique et fiscale

Votre situation juridique et fiscale va également conditionner votre allocation d’actifs. En particulier, vous ne pourrez dépenser que ce qu’il vous restera après impôts !

Votre personnalité

Il faudra bien entendu aussi tenir compte de votre caractère et de vos aspirations. Quels sont vos croyances profondes, vos biais, vos fragilités ?

Etes- vous aventurier ou recherchez-vous avant tout la tranquillité d’esprit ? Votre vision des marchés financiers –  comment ils (dys-)fonctionnent – pourra également être prise en compte.

Votre profil d’investisseur est atypique !

Attention aux classements habituels (de type prudent / équilibré / dynamique) proposés par les banques ou les assureurs-vie. Ces profils sont généralement fondés sur les seuls critères d’âge et d’aversion au risque.  Or, en tant que frugaliste, vous avez des objectifs distincts de certains de ces profils type. En particulier, en phase « retraite » ces classements vous inciteraient à adopter un profil « prudent » qui ne pourrait probablement pas permettre d’atteindre vos objectifs de revenus.

Vers une philosophie d’investissement

A partir de votre connaissance  en tant que frugaliste investisseur, vous pourrez dégager des principes directeurs afin de construire votre  philosophie d’investissement.

Sur le fondement de cette philosophie, vous pourrez ensuite élaborer votre stratégie d’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *